11 juin 2007

La Bayrou de secours, quelle utilité ?

Au lendemain des législatives, peu de choses à rajouter sur ce qui a été dit un peu partout, si ce n’est que c’est pas la fête mais qu’on s’y attendait, et qu’au final la débâcle semblable à 93 que certains à droite espéraient n’a pas eu lieu, celle-ci étant davantage à rechercher du côté de l’abstention, en particulier dans les quartiers populaires. Au vu du suspense qui existe dans beaucoup de circonscriptions, une analyse plus poussée de ces élections devra attendre dimanche prochain et il faudra recommencer à se battre dès aujourd’hui, car 60 ou 185 sièges ce n’est pas la même chose.

En attendant, juste une chose : il va falloir qu’on m’explique à quoi ça sert d’aller quémander auprès de Bayrou un hypothétique soutien qu’il n’accordera pas de toute façon (de manière nationale j’entends, pas sur le plan local où des accords seront sans doute trouvés). Je l’entends déjà parler de désistements au cas par cas, qu’il n’est pas dans une logique où il faut sans cesse se plier à la règle du clivage gauche droite et toujours choisir entre l’un ou l’autre, que le Modem ne sera pas à la remorque du PS, etc… Ce sont les électeurs de Bayrou qu’il faut conquérir, pas Bayrou lui-même ! Alors quelle est l’utilité de cette stratégie à la con que d’aller systématiquement faire la manche au grand manitou du Modem sans en recueillir aucun bénéfice électoral ? Oui, il faudra parler, surtout dans les circonscriptions où le Modem joue un rôle d’arbitre, de nos points de convergence, de l’équilibre des pouvoirs, de la démocratie. Mais en s’adressant d’abord et avant tout aux électeurs, pas sur un coin de table avec Bayrou. Parce qu’au final une discussion qui n’aboutit pas fait sans doute plus de mal qu’un appel clair aux électeurs sur un certain nombre de valeurs. Alors si c’est ça la future stratégie d’alliances du PS, rechercher sans cesse des accords sans jamais réussir à les obtenir, c’est inquiétant. D’autant plus que je remarque que dans quelques circonscriptions de la région parisienne c’est aussi le bon report des voix du PC et des Verts qui sera déterminant, et ça me paraît difficile et irresponsable de les laisser totalement de côté.

Maintenant au delà de la morosité ambiante, des satisfactions existent, des combats serrés vont être menés, des espoirs ne pourront être déçus : à nous de nous battre dans la semaine qui vient pour mobiliser les électeurs, en particulier ceux qui souffriront le plus de la politique de Sarkozy, pour faire élire des députés socialistes en capacité de constituer une rélle force d’opposition et de proposition face à la droite dure qui se profile à l’horizon.

Posté par thibaultmorizur à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La Bayrou de secours, quelle utilité ?

Nouveau commentaire